28/03/2017

Cathédrale de Barcelone > le sanglier - 2

(Suite d'hier): Eeh non, ce n'était pas "un sanglier" que je dessinais, mais une gargouille représentant une laie et ses marcassins (que dans l'ombre j'avais pris pour les grosses cuisses du sanglier!). Le soleil ayant tourné, les ombres avaient glissé et dévoilé ces petits marcassins superbement sculptés. Cet événement insignifiant a été une révélation pour moi (oui oui): C'est le temps qui passe qui est important et nous aide à voir et à sentir. Ce pourquoi, la lenteur relative du croquis aide à "être là" dans le temps présent et à capter ce que les quidams les plus pressés ne verront peut-être jamais. Cela valait bien un second croquis, au crayon, © Benoi Lacroix 1989.

croquis, croquis de voyage, Belgique, France, nature morte, Benoi, art, Benoi lacroix, Benoit lacroix, croquis de paysage, graphite, crayon, aquarelle, brou de noix, wépion, namur, carnettisme

Les commentaires sont fermés.