11/03/2014

communiqué de presse

Communiqué de presse

Événement : ‘Comme un week-end à la mer’ s’expose à Namur

 

invitnamur2.jpg

À la mi-mars aura lieu la très attendue troisième édition de "Chambres avec vues", le parcours d'artistes de Namur, qui affiche un dynamisme réjouissant sur sa page Facebook. Le collectif "Comme un week-end à la mer" y participe (Antoinette Smars, Catho Hensmans, Monik Myle, Michel Vranckx, Jean-Michel Uyttersprot et Benoi Lacroix) et pour la première fois, le collectif a travaillé sur un thème commun : ‘Alice et les créatures’ ! Un thème fascinant et mystérieux qui colle à merveille avec le lieu qui accueille le collectif : La Maison du Conte (170, Rue des Brasseurs à 5000 Namur). L'exposition aura lieu les week-ends des 15/16 et 22/23 mars de 10h à 18h (en réalité, la salle ne sera ouverte qu'à partir de 11h30 le dimanche 16 mars). Nous ne participons pas à la nocturne, mais il y aura peut-être une petite surprise par-ci, par-là ! Dont un concert de CHLORE, le dimanche 16 mars à 16 heures! De toute façon, attendez-vous à voir plein de nouveautés, une expo dense et variée, foisonnante et délirante comme le sont souvent les expositions de ce collectif aux idées larges. Laissez-vous émerveiller, poussez la porte de la Maison du conte et venez vous attabler avec Alice et les créatures !

 

À propos du collectif ‘Comme un week-end à la mer’

 

Habituellement, les artistes se réunissent en un courant articulé autour d’un concept commun. Ils s’entendent sur un message, une technique, une philosophie. Ils vont même jusqu’à rédiger un traité.

 

Mais visitez une exposition de ‘Comme un week-end à la mer’ et vous y verrez un certain romantisme teinté de spleen pour l’une, une évanescente fluidité pour l’autre, de sombres tourments chez les uns ou les autres, une bonne dose de fantaisie, quelques notes de couleur et un regard critique ou décalé sur la société des hommes. Peinture à l’huile, techniques mixtes, gravure, sculpture, photographie, sténopé, assemblages… C’est une recherche incessante qui les unit. Et surtout, une forte amitié.

 

On ne parle donc pas de courant, mais de collectif.

Chacun est libre dans son geste.

Chacun exploite ses paradoxes.

Chacun prend des risques.

Un collectif à contre-courant, peut-être. Un élan vital, sûrement.

 

www.commeunweekendalamer.be

 

Les commentaires sont fermés.